Ski de vitesse

Coupe du monde de ski FIS

Vars Coupe du Monde de ski de vitesse

Les hommes et femmes les plus rapides de la planète étaient au rendez-vous !


L'italien Simone Origone ouvre le bal en remportant la première étape de coupe du monde de ski de vitesse à Vars. Les 2 meilleurs français Simon Billy et Bastien Montès prennent l'argent et le bronze.

La station de Vars (Hautes Alpes) accueillait hier et aujourd'hui la première étape de la Coupe du Monde FIS de Ski de Vitesse. Un plateau international qui a réuni ce qui se fait de mieux en matière de ski de vitesse, 64 coureurs pour 14 nations avec en lice les hommes et femmes les plus rapides de la planète.


Une météo capricieuse a joué avec les nerfs des athlètes.

En effet, après l'annulation de la première journée de course pour cause de brouillard, un nuage s'étant accroché au couloir de Chabrières, la deuxième journée a été éprouvante physiquement et mentalement pour l'ensemble des coureurs.
Beaucoup d'attente dans la pente pour les 64 participants : attendre que le vent se calme, que le nuage passe, avoir une bonne visibilité pour pouvoir s'élancer en toute sécurité dans la pente. « Cela fait partie du jeu, on sait qu'en ski de vitesse, il faut attendre l'instant T dans des conditions météo difficiles avant prendre le départ et cela peut durer, on est préparé à ça », confie le français Bastien Montès.


Une saison exceptionnelle pour Britta Backlund

Chez les filles, Britta Backlund confirme, une fois de plus, son excellente saison avec un run à 222.910 km/h devançant sa compatriote Lisa Hovland-Uden (2220.994 km/h) et Valentina Greggio (217.391 km/h).
La Suédoise, fraîchement titrée championne du monde à Vars sur la mythique piste de Chabrières, s'offre une fois de plus la première marche du podium. Cette même marche de podium qui devrait la guider à un globe de cristal à la fin de cette saison et faire de la plus jeune skieuse du circuit la reine de la vitesse 2019.


L'italien Simone Origone donne le ton - un doublé français pour y répondre sur le podium

Le run de finale a tout de même pu se tenir malgré la rigueur de la météo. Dans ces conditions le top 3 se tient dans un mouchoir de poche. C'est le « sorcier italien » Simone Origone, dont on ne compte plus les records et victoires en ski de vitesse, deuxième performer mondial après s'être fait souffler le record du monde par son frère cadet en 2016 ici même, qui s'octroie la première victoire en coupe du monde.
Il se fait flasher à 194.29km/h : « Il y a eu beaucoup d'attente sur la piste à cause de la météo, du coup la course n'était pas rapide à cause du vent. Mais pour moi chaque course est un objectif même si au final c'est le record que l'on cherche, mon rêve depuis le début serait d'atteindre les 255km ». Simone se montre là déterminé pour cette saison afin d'accomplir ce rêve de vitesse inscrit en toute lettre au fond de son casque nous confie-t-il.
Les deux français ont montré qu'il fallait bien compter sur eux aussi. Ils se lancent aussi dans la bataille du globe de cristal. Le varsinc Simon Billy, vice-champion du monde en titre, troisième performer mondial (un record personnel à 252.902km/h) s'empare de la deuxième place de cette coupe du monde. Il se fait flasher à 193.82km/h : « 2ème derrière Simone, je suis content, je vais prendre mon billet pour la Finlande et aller chercher le globe ! » nous lance-t-il avec enthousiasme après avoir applaudi et donné l'accolade au champion italien pour qui il éprouve le plus grand respect. Simon Billy ajoute à l'attention des organisateurs : « merci d'avoir donné sa chance à cette course, on a attendu, c'est dur pour les nerfs car la sécurité passe avant tout, mais ça fait partie du KL et on a pu faire notre premier run de finale coupe du monde ».
En troisième position, le champion du monde 2017, Bastien Montès, tout récemment devenu papa reprenait ses sensations de glisse, il passe devant les cellules à 193.09km/h : « Il a fallu être patient, c'est ce qu'il y a de plus difficile car le run en lui-même a été assez facile à courir, ce sont de petites vitesses parfaites pour ma reprise sur une superbe piste malgré cette météo capricieuse ».


Chez les dames, La championne du monde en titre persiste et signe

Les suédoises semblaient avoir mangé du lion : un enthousiasme et une envie de gagner qui respirait dans tous leurs gestes : elles sont 5 membres de leur équipe nationale en lice sur les 9 femmes partantes pour cette coupe du monde. Une véritable marée jaune et bleue sur l'aire d'arrivée. Britta Backlund a explosé de joie après le passage de la dernière concurrente, elle est la plus rapide aujourd'hui avec un chrono à 189.98km/h. La championne du monde en titre (Vars 2019) est la plus solide sur les skis et face aux éléments, en s'offrant plus de 2km d'avance sur sa compatriote Lisa Hovland Uden qui passe les cellules à 187.78km/h. « Il fallait fendre l'air pour résister au vent, un jeu d'équilibre ou l'aérodynamisme du casque prend tout son sens. Cette première victoire me rend très heureuse et confiante pour aller chercher un autre globe de cristal cette année ». La suédoise qui a tout gagné en 2019 compte bien confirmer ses bons résultats en 2020. Sur la troisième marche du podium, c'est une française qui vient perturber le jeu des suédoises avec Celia Marinez, flashé à 186.40km/h : « je ne suis pas très satisfaite de ce run, une rafale de vent m'a surprise par la gauche juste avant les cellules, ce qui m'a désuni j'ai du résister et reverrouiller la position pour maintenir ma vitesse ». La meilleure française du circuit actuel est cependant bien lancée dans cette coupe du monde (qu'elle a fini en troisième place l'an dernier) avec pour autre objectif que le globe de cristal, battre le record féminin français lors des prochains speed masters à Vars (vitesse à battre 242.26km/h).


Les jeunes français dominent dans la catégorie Juniors Descente

Chez les juniors, la catégorie « descente » (les athlètes courent en tenue de descente, non en tenue profilée comme dans la catégorie Speed One ci-dessus), le français varsinc de cœur Térence Gambin domine largement la course avec un chrono à 172.98km/h devant l'italien Samuele Capello à 165.47km/h et un autre français Johan Belmonte à 165.00km/h . Du côté des juniors dames, ce sont les deux françaises en lice qui se sont départagées : la plus rapide a été Amandine Thomas à 165.57km/h devant Maelle Loridon à 161.96km/h

Pendant que les coureurs vont arpenter les pistes les plus rapides de la planète à la quête des meilleurs résultats en coupe du monde, le prochain rendez-vous de la vitesse qui se profile à Vars est dans tous les esprits. Ils ont tous aujourd'hui pu faire leur première trace de la saison sur cette mythique piste de Chabrière qui va patiemment attendre le mois de mars pour permettre aux athlètes d'aller chercher le graal du record du monde : pour cela, il faudra surveiller la meilleure fenêtre météo entre le 16 mars et le 5 avril 2020 pour lancer les Speed Masters.

Vars la Forêt Blanche (Hautes Alpes) est mondialement connue comme étant la station la plus rapide du monde. C'est sur sa mythique piste de Chabrières, que l'italien Ivan Origone pulvérise le record du monde en 2016, en se faisant flashé à 254.958 km/h !!
Le ski de vitesse est le seul sport non motorisé qui permet de passer de 0 à 200km/h en moins de 6 secondes, soit une accélération équivalente à celle d'une formule 1. Une combinaison en latex, un casque, des ailerons et des bâtons profilés, des skis de 2m40, beaucoup de passion, une bonne dose de courage et un brin de folie... voici les ingrédients indispensables pour pratiquer le ski de vitesse !

>> Voir la liste de résultats