Vars et ses villages

Saint Marcellin


En été, Saint Marcellin prend des allures de village fleuri et en hiver de village illuminé.

Au cours d'une petite balade, venez découvrir :
- Les quatre fontaines du village, Borel, Pra Coustan, Chanalette et Garelle, sont alimentées par le captage des sources du Rivet et de l'Adoux.
Dans le passé, ces fontaines étaient créées et entretenues par les habitants avoisinants.
C'est à partir de 1990, qu'une touche d'esthétisme est apportée aux quatre fontaines qui s'habillent de bois et s'ornent de fleurs.

- Un grand nombre de sculptures sur bois réalisées par Julien David.Cet artiste, donne une seconde vie aux arbres qu'il aime tant. Laissez-vous charmer par un jardin original mettant en scène des animaux : girafe, cigogne, corbeau, renard, chamois, paon, âne, entre autres.
Vous pourrez également contempler le paysage et admirer le coucher du soleil bien installés sur des sièges insolites ou sur les skis de Marcellin, le skieur en frêne haut de 6m50 et âgé de plus de 250 ans !

Un peu d'histoire

Saint-Marcellin est le premier et le plus ancien village de Vars.

Des fouilles archéologiques ont permis de découvrir des objets et des bijoux datant du Bronze Final à l'époque Gallo-Romaine.
Ces découvertes attestent que dès les temps les plus reculés, la vallée de Vars était fréquentée.

Jusqu'en 1962, le Chef-lieu de Vars était établit à Saint-Marcellin puis a été transféré à Sainte Marie.




Les immanquables

Le sentier du Château
Le Val d'Escreins
Les cadrans solaires

Si vous vous baladez dans Saint-Marcellin, partez à la recherche des cadrans diposés sur certaines maisons. Vous pourrez y lire des devises écrites en français ou en patois: « Sans soleil je ne suis rien et toi sans Dieu tu ne peux rien » ou « Lou tems passo, passo lou ben : le temps passe, passes le bien ».


Le temple


Peu avant la révocation de l'Edit de Nantes presque toute la population de Vars était protestante. Suite à un arrêt du Conseil Royal, le premier Temple du village de Saint-Marcellin, implanté à Garelle, fut détruit en 1685.
Le Temple actuel a été construit durant la première moitié du XIXème siècle. Son architecture simpliste rappelle la spiritualité de Félix Neff (pasteur protestant suisse) : centrée sur la seule écoute de la Parole de Dieu.
Le Temple abrite un grenier d'abondance, qui prend la forme d'un grand meuble où étaient placées des provisions pour les plus démunis.

L'Eglise


A l'inverse du Temple, l'architecture de l'Église de Saint-Marcellin est, elle, bien plus complexe et atteste d'une construction en plusieurs étapes.
Construite avant le XVème siècle, puis agrandie vers 1530 lors de la campagne de reconstruction massive des églises (entreprise par l'archevêque d'Embrun), l'Église brûla lors du sac des armées du Duc de Savoie en 1692.
L'Église de Saint-Marcellin a conservé beaucoup d'éléments antérieurs au XVIIIème siècle, notamment les deux lions en marbre de Guillestre et les voûtes du choeur. La seule modification notable s'avère être l'élargissement de la nef.


Le Saviez vous?

- Les Coquilles Saint-Jacques sur les reliefs du portail de l'Église de Saint Marcellin attestent du passage des pèlerins venant de l'Ubaye en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle. En effet, Vars est encadrée par 2 lieux d'accueil sommaires pour les pèlerins : Le lieudit de la Magdelaine et la chapelle de la Madelaine.

- Le Château de Saint-Marcellin n'est pas une fortification destinée à protéger le village mais un relais visuel ayant pour but de défendre un carrefour stratégique entre la Durance, l'Ubaye et le Queyras. Ainsi toutes les menaces venant du Col de Vars étaient visibles du haut de l'une des principales tours de guet du Guillestrois.

- Les lions à l'entrée de l'Église de Saint-Marcellin sont identiques à ceux de l'Église de Guillestre. Jadis, sur ces lions reposaient des colonnes.

- Le four à pain était la propriété de la communauté villageoise. Les personnes réservaient leur tour en plaçant une bûche de bois devant la porte.

- Les anciennes fontaines étaient construites dans un tronc de mélèze évidé. En 1810, les habitants de Saint-Marcellin réclamèrent une fontaine. Le devis s'élevait à l'époque à 2010 francs.

- La légende des sorcières du Château: Un jour, un notable d'Embrun partit visiter les ruines du château. Il revint apeuré et conta sa mésaventure aux villageois. Il avait entendu d'étranges voix mais n'avait croisé personne…Les gens du pays, le laissèrent repartir sans lui expliquer que deux soeurs sauvages et acariâtres vivaient dans une masure située tout près des ruines du Château. Le soir venu, elles s'habillaient de draps blancs et poussaient des cris anormaux pour apeurer les habitants de Saint-Marcellin.

- En 1916, un incendie ravagea Le Val d'Escreins, faisant de ce hameau un village fantôme. Il ne fut pas reconstruit car l'émigration vers 1892 l'avait déjà privé d'une bonne partie de sa population.

- Un dimanche tous les habitants d'Escreins partirent chasser et désertèrent l'office dominical. Arrivés à la crête, ils ressentirent qu'ils méritaient une bonne gifle pour être punis d'avoir oublié la messe du dimanche. C'est ainsi que la crête en question fut baptisée La Main de Dieu.

- Un jour une bergère qui avait pour habitude de conduire son troupeau dans le vallon de la Font Sancte, suivit une de ses chèvres qui s'éloignait souvent et découvrit une « belle source d'eau limpide ». Pour conserver le souvenir de ce miracle la bergère demanda d'être enterrée dans le vallon où une simple croix en bois fut disposée et la source reçut le nom de Font Sancte.

Horaires des navettes

Navettes gratuites
Afin de faciliter vos déplacements entre les villages, la station, le Col de Vars ou encore la réserve de nature du Val d'Escreins et la station de Vars vous offre un service de navettes Gratuit.
Consulter les horaires pour la saison d'été

Navettes payantes
La station de Vars propose un service de navette entre la gare SNCF Montdauphin-Vars
Consulter les horaires